Apple s’est installé au Matam, le grand parc technologique de Haïfa.

Partager

Apple s’est installée au Matam, le grand parc technologique de Haïfa où l’on trouve aussi IBM, Google, Microsoft et Intel. Un ancien de Big Blue formé au Technion dirige d’ailleurs, avec l’ancien directeur de la filiale israélienne de Texas Instruments, un lieu devenu le centre névralgique de la conception et du contrôle qualité des processeurs d’Apple. Haïfa et Herzliya se partagent aujourd’hui les dizaines d’offres d’emploi dans le domaine des semi-conducteurs publiés par la firme de Cupertino.

Des offres d’emploi qui mentionnent régulièrement un domaine auquel on associe rarement Apple : la vision artificielle. Il ne faut pas oublier que la firme de Cupertino a acheté PrimeSense, dont les technologies peuvent avoir une utilité bien au-delà du simple cadre ludique du Kinect. Apple ne s’intéresse peut-être qu’aux capteurs CMOS de la société — mais si elle s’intéresse aussi à la vision artificielle, Israël est là encore un lieu d’intense recherche.

Google travaille sur le sujet, et de manière plus générale sur l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle, à Haïfa et Tel-Aviv. Intel quant à elle fondé le Collaborative Research Institute for Computational Intelligence, à cheval sur le Technion et l’Université de Jérusalem, pour travailler notamment sur la vision artificielle et les agents intelligents. De nombreuses start-ups israéliennes et une demi-douzaine de laboratoires universitaires défrichent le terrain, présentant leurs résultats dans une conférence annuelle à Tel-Aviv.

Les processeurs des iPhone et les contrôleurs des SSD des Mac auraient pu être développés à Cupertino, à Austin, ou ailleurs. Il ne fait toutefois aucun doute que le vivier de talents israéliens a considérablement augmenté les capacités d’Apple en la matière : elle aurait tort de se priver d’y puiser, alors que tous ses concurrents le font. Si Tim Cook va seulement maintenant officialiser la situation, la sortie d’Apple hors de ses murs cupertiniens n’est plus une hypothèse. À présent que l’on évoque une voiture autonome et la vision artificielle, c’est plutôt une partie de son avenir.

Source : www.macg.co

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment