Israël business & Politique. Erel Margalit, le flop politique de 2017.

Erel Margalit est né en 1961 dans un kibboutz. Son grand-père a joué un rôle important dans la Haganah, l’organisation de défense clandestine, et lui-même a été membre de la brigade Golani, l’élite des commandos de Tsahal qu’il a servi lors de la première guerre du Liban, en 1982. Voilà pour les premières lignes du parfait CV sioniste et patriote. A partir de 1993, Margalit construit sa réussite sociale et investit dans les nouvelles technologies. Succès immédiat. Il figure régulièrement dans le classement des plus grosses fortunes du magazine américain Forbes. Erel Margalit envisage la gouvernance d’Israël comme un gigantesque entrepreneuriat créatif, où tout le monde s’entendrait. (http://www.lejdd.fr)

EN OCTOBRE 2017. LPH : « Celui qui clamait avec assurance qu’il allait diriger le Camp Sioniste et remplacer Binyamin Netanyahou a annoncé qu’il quitte la vie politique. L’homme d’affaires Erel Margalit, 12e sur la liste du parti à la Knesset jette l’éponge. Il a expliqué qu’ayant échoué dans sa course pour diriger le parti et le pays, il va se consacrer à agir sur le terrain pour le développement du Néguev et de la Galilée en mettant en place de nombreux projets. »Ce sera pour moi une belle manière de concrétiser ce pour quoi je me suis battu durant mes cinq années à la Knesset » a souligné le député démissionnaire.

Erel Margalit va aussi reprendre les rênes de l’organisation ‘Ba-Kehila, qu’il a créée avec son épouse, et qui vient en aide à des jeunes en déshérence, et il dirigera également le fonds international d’investissements JVP. Lors des dernières primaires travaillistes du mois de juillet, Erel Margalit était arrivé dernier parmi les quatre candidats, avec 16,1% des suffrages.

Avec le départ d’Erel Margalit, c’est d’abord une épine qui est retirée du pied du président du parti Avi Gabbaï. Même si ce dernier dit « regretter » le départ du député, il n’oublie pas tout ce qu’il a dit durant la campagne des primaires ni la manière dont il s’est comporté au sein du parti sous la présidence d’Itshak Herzog. Erel Margalit fut un véritable opposant de l’intérieur, n’hésitant pas à se dresser ouvertement contre la direction du parti et remettre en question le leadership du président ».

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment