Dons d’organes après la mort tragique d’un jeune franco-israélien. Quartier Florentin.

Un nouvel immigrant de France est tué dans un accident à Tel-Aviv : sa famille a fait don de ses organes.

Binyamin, 32 ans, olé de France, a trouvé tragiquement la mort vendredi dernier après avoir été heurté par une moto à Tel-Aviv. Transporté dans un état très grave à l’hôpital Ichilov, il avait été déclaré dimanche en état de mort clinique. Sa famille a été appelée de France pour se séparer de lui et a accédé à la demande de l’équipe médicale de pouvoir prélever certains de ses organes. Les organes du défunt ont été greffés sur cinq demandeurs dans différents hôpitaux du pays, dont un rein à une sexagénaire qui attendait depuis vingt-deux ans. Ben Metz était étudiant en maîtrise à l’Ecole des arts Betzalel et habitait le quartier de Florentin au sud de Tel-Aviv. Il avait fait son alya il y a dix ans, après des études en France. Dès la nouvelle de sa mort tragique, des voisins ont allumé des dizaines de bougies dans la rue autour d’un mémorial improvisé. (Source : http://www.lphinfo.com)

A SAVOIR. Adi Ben Dror était un jeune garçon habitant dans la ville de Petach Tikva, qui était en pleine santé et plein de vitalité et qui est soudainement tombé malade, à l’âge de 26 ans, d’une grave maladie des reins qui s’est dégradée jusqu’à une insuffisance rénale terminale. Il a été traité par dialyse durant deux ans, tout en attendant le téléphone salvateur qui lui annoncerait qu’un rein adapté à sa transplantation aurait été trouvé.  Quand un rein a été finalement trouvé et que la transplantation a été réalisée, son corps n’a pu résister aux complications et il  est mort au bout de quelques mois. Pendant sa maladie, Adi a discuté avec ses parents, Deborah et Shmuel ainsi qu’avec ses amis, sur l’idée de faire signer des gens acceptant de donner leurs organes après leur mort.

Après sa mort, l’idée s’est transformée en testament et en octobre 1978, fut créée l’association Adi qui révolutionna  le domaine de la conscience aux dons d’organes en Israël et qui commença à recruter des  donneurs acceptant de signer la carte de donneurs d’organes Adi.

Depuis 1989, le Centre National de Transplantations du Ministère de la Santé gère la réserve de signataires de la carte Adi. La réserve de données d’Adi est informatisée et confidentielle. Nombre de personnes inscrites. De nos jours, 823,264 personnes ont une carte Adi, ce qui représente environ  14% de la population adulte.

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment