Benjamin Netanyahu veut réduire la casse sociale chez Teva (Israël).

Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il allait rencontrer cette semaine Le PDG de Teva, le Danois Kare Schultz, selon un communiqué de son bureau. Le Premier ministre s’est fixé trois objectifs: « réduire les dégâts pour les salariés, faire tout ce qui est possible pour éviter la fermeture de l’usine de Jérusalem et s’assurer que Teva restera une société israélienne ». « Nous allons chercher les différents moyens pour parvenir à atteindre ces objectifs », a-t-il ajouté sans donner d’autres détails.

LE JOUR OU… NOMINATION DE KARE SCHULTZ. REUTERS. « Teva Pharmaceutical Industries a annoncé lundi la nomination de Kåre Schultz, actuel patron du laboratoire danois Lundbeck, au poste de président-directeur général avec pour mission de redresser le groupe israélien en difficulté sur le marché américain des médicaments génériques.

L’annonce a fait bondir le titre Teva de 8% dans les premiers échanges à la Bourse de Tel Aviv alors que l’action Lundbeck s’effondrait de 12% à Copenhague. Yitzhak Peterburg, directeur général de Teva par intérim, restera en poste jusqu’à l’arrivée de son successeur, a précisé le laboratoire israélien. Agé de 56 ans, Kåre Schultz avait fait ses classes chez Novo Nordisk, le principal laboratoire pharmaceutique danois et leader mondial de l’insuline, mais il avait démissionné de son poste de numéro deux en 2015 après la décision de l’ex-patron du groupe de rester jusqu’en 2019. Nommé directeur général de Lundbeck en mai 2015, il a permis au groupe de renouer avec les profits en réduisant les coûts, une performance saluée par un triplement du cours de Bourse en deux ans.

Teva, le numéro un mondial des médicaments génériques, est confronté à une accélération de l’érosion des prix aux Etats-Unis et à un endettement de 32 milliards de dollars (27 milliards d’euros), dû en grande partie au rachat de l’activité de génériques de l’américain Allergan. Les analystes et investisseurs estiment que Teva a payé trop cher pour Actavis, ce qui a conduit à la démission de son directeur général Erez Vigodman en février. Lundbeck a confirmé la démission de Kåre Schultz, en notant que son départ et celui également annoncé du directeur commercial Staffan Schüberg seraient sans incidence sur la stratégie de l’entreprise. L’action Lundbeck, plus forte baisse de l’indice Stoxx 600 européen, chute de 11,05% à 366,30 couronnes vers 8h30 GMT, après un creux à 358,90″. (Steven Scheer, Stine Jacobsen, avec Ben Hirschler et Abinaya Vijayaraghavan, Véronique Tison pour le service français)

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment