Capitale Jérusalem. Situation très tendue autour de Gaza. Israël réagit.

L’État hébreu a pris la décision, pour des raisons de «sécurité», de fermer la frontière avec la bande de Gaza, selon le service de presse de l’armée. Israël va fermer jeudi la frontière avec la bande de Gaza, a annoncé le service de presse de l’armée de l’État hébreu. La décision concerne les postes-frontière d’Erez et de Kerem Shalom. «Vu les incidents relatifs à la sécurité et les résultats de l’analyse de la situation, le point de passage commercial de Kerem Shalom et celui piéton d’Erez seront fermés demain (jeudi, ndlr).» Une nouvelle flambée de tensions entre Palestiniens et Israël a éclaté après que Donald Trump a annoncé que les États-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale de l’État hébreu. Les échanges de frappes se sont intensifiés entre Palestiniens et Israéliens après la décision du Président américain.

Le statut de la ville est l’un des problèmes-clés du processus de paix au Proche-Orient. Toutes les ambassades étrangères en Israël se trouvent à Tel-Aviv. En 1995, le Congrès américain a adopté la loi prévoyant le transfert de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Mais à cause du statut contesté de cette ville et de l’importance de cette question pour les pays arabo-musulmans, tous les Présidents américains signaient tous les six mois une dérogation à cette loi. (Source : fr.sputniknews.com)

LE PLUS. SELON RFI. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans les territoires palestiniens pour dénoncer la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Ces rassemblements sont souvent émaillés de violence entre manifestants et forces israéliennes, comme à Hébron ou à Ramallah, en Cisjordanie. Ces heurts quotidiens durent désormais depuis une semaine et les forces israéliennes ont décidé d’y répondre plus fermement.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Les images ont été tournées ce mercredi près d’un poste de contrôle militaire israélien à la sortie de Ramallah. Trois hommes, mêlés aux manifestants, portant eux-mêmes les écharpes traditionnelles palestiniennes, sortent tout d’un coup des pistolets et – soutenus par les soldats – se lancent à l’assaut de ceux qui jetaient des pierres sur les forces israéliennes. Ces officiers étaient des agents infiltrés de la police des frontières : ils ont arrêté trois Palestiniens.

A Jérusalem, la police a bloqué ce mercredi l’accès pour les Palestiniens à la porte de Damas, lieu de rassemblement des derniers jours. Seuls ceux habitant dans la vieille ville pouvaient s’y rendre.

Après une semaine de manifestations et de heurts quotidiens, les forces israéliennes cherchent à casser le mouvement. Ces dernières heures, elles ont procédé à plusieurs dizaines d’arrestations en Cisjordanie comme à Jérusalem. Parmi les personnes interpellées, l’un des fondateurs du mouvement islamiste Hamas. Une organisation qui prévoyait, selon les forces israéliennes, une attaque contre un soldat ou un colon israélien dans le nord de la Cisjordanie. « Projet déjoué », affirment les autorités israéliennes qui affichent ainsi leur capacité à intervenir de manière préventive.

  •  

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment