Israël et Jérusalem. Le calme avant la tempête. ONU, Urgence au Conseil de sécurité .

Tel-Aviv (Jean-Luc Belhassen). Moments fébriles en Israël. Tout peut basculer. Demain vendredi sera le jour de la prière pour les musulmans et les services de sécurité sont très tendus. Une phrase millénaire revient sans cesse dans les esprits des juifs israéliens et du monde entier : « Si je t’oublie, Jérusalem, que ma main droite se dessèche ! Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie ! »

Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU a été fixée à vendredi matin, demandée par huit pays sur les 15 qui forment le Conseil de sécurité. Il s’agit de quatre européens – Suède, France, Italie et Royaume-Uni -, de deux sud-américains – Bolivie et Uruguay – et de deux africains – Egypte et Sénégal. Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May avaient exprimé leur désaccord avec la décision de Trump « regrettable ».

LE PLUS. JERUSALEM EN OR.

Jérusalem d’or est le titre d’une chanson populaire israélienne écrite par Naomi Shemer en 1967 et chantée par Shuli Natan. Elle fut ensuite reprise par de nombreux artistes, notamment par Rika Zaraï et Ofra Haza qui la chanta pour la cérémonie du 50e anniversaire de l’État d’Israël en 1998.

Le refrain « Jérusalem d’or, de cuivre et de lumière » en référence à la couleur dorée que prennent les bâtiments de la ville en Pierre de Jérusalem au lever et au coucher du soleil, cite un vers du poète juif espagnol du Moyen Age, Juda Halevi (dans les « Chants de Sion ») : « De toutes tes chansons, je suis le violon. » La chanson célèbre également l’air pur des montagnes, la senteur de pins, le tintement des cloches dans la brise du soir et déclare avec flamme à Jérusalem : ton nom brûle sur nos lèvres telle l’ardeur d’un baiser.

Comme souvent dans les chansons de Naomi Shemer, on trouve ici plusieurs références bibliques : dans le premier couplet, l’expression « la ville qui est assise solitaire » provient de Lamentations 1,1 et dans le troisième couplet, le verset Psaume 137,5 Si je t’oublie Jérusalem.

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :