Welcome Bibi. La Place de la République aux couleurs d’Israël le 9 décembre ?

Partager

Méfiez-vous des embouteillages à Paris le week-end du 9 décembre. Deux manifestations, dont l’une pro-Israël et l’autre pro-Palestine, sont prévues place de la République samedi 9 décembre à 14h. Le Premier ministre israélien devrait rencontrer le président français le lendemain à Paris. Des organisations anti-Israël et antisémites vont pouvoir recycler leurs slogans : « Nous nous élevons contre la venue en France de Benjamin Netanyahou, premier ministre du gouvernement colonial israélien ».

ARCHIVES EN JUILLET 2017. Selon RFI : « Invité ce dimanche 16 juillet à Paris pour commémorer la rafle du Vél d’Hiv, arrestation massive de juifs par la police française en 1942, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu rencontrera pour la première fois Emmanuel Macron. L’occasion de tester ses positions sur le conflit israélo-palestinien ou sur l’Iran.

Rien de plus naturel pour les Israéliens que la participation de leur Premier ministre à la cérémonie marquant l’anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv. Mais Benyamin Netanyahu, fait-on remarquer à Jérusalem, a multiplié les bévues en ce qui concerne la Shoah. Il avait notamment affirmé devant les membres du Congrès sioniste mondial réuni à Jérusalem que les nazis ne voulaient pas exterminer les juifs d’Europe et ce n’est qu’après une rencontre entre Hitler et le grand Mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, que la solution finale avait été adoptée.

Dans une « note » à destination de la presse, l’Elysée a indiqué que la visite de Benyamin Netanyahu devait permettre de « rappeler l’importance de la laïcité et la lutte inconditionnelle contre toute forme d’antisémitisme ». La présidence ajoute que l’entretien permettrait de « signifier l’absence pour la France de complaisance envers l’Iran, en particulier concernant la position iranienne sur Israël ».

Pour l’historien israélien Zeev Sternhell, le véritable but de la visite de Netanyahu à Paris est de tenter de convaincre la France de renoncer à l’idée de l’indépendance de la Palestine, rapporte notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. « Emmanuel Macron ne doit pas céder », ajoute Zeev Sternhell. Quoi qu’il en soit, les commentateurs en Israël sont unanimes : la participation à la cérémonie-anniversaire est importante, mais l’entretien de travail entre le président français et le Premier ministre israélien l’est encore plus ».
Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment