France et Israël. Star du futur? La Startup Connect Job (Crypto monnaie).

ConnectJob veut se lancer au niveau mondial grâce à une levée de fonds en cryptomonnaie. La start-up franco-israélienne veut lever 110 millions de dollars grâce à une levée de fonds en cryptomonnaie « responsable ».

Selon lesechos.fr : « Faire de la blockchain un levier d’expansion autant que d’utilisation de son service.

C’est l’objectif de ConnectJob, une start-up franco-israélienne qui développe une application de services à la personne. Le principe de l’entreprise, basée à Tel-Aviv (Israël) et Odessa (Ukraine) est de proposer un « Uber des services à la personne », en faisant se rencontrer les demandeurs de services (« users ») et les fournisseurs (« jobbers ») ».

LE PLUS.

Durant les premières années d’existence, les crypto-monnaies ont gagné peu à peu l’attention des médias et du public. Depuis 2011, l’intérêt a rapidement augmenté, notamment durant la rapide montée du cours du Bitcoin en avril 2013. À partir de 2014, une seconde génération de crypto-monnaies est apparue, comme Monero, Ethereum et Nxt avec de nouvelles fonctionnalités telles que des adresses de furtivité, des contrats intelligents, le recours à des chaînes de bloc latérales ou adossées à des actifs tels que de l’or.

Aujourd’hui les représentants de plusieurs banques centrales ont déclaré que l’adoption de crypto-monnaies telles que Bitcoin posent un défi important pour la capacité des banques centrales à influencer le prix du crédit pour toute l’économie. Ils ont également estimé que la popularité croissante des crypto-monnaies commerciales risque de faire perdre la confiance des consommateurs dans les monnaies fiduciaires. Gareth Murphy, un représentant de la banque centrale américaine a enfin déclaré que « l’utilisation généralisée [des crypto-monnaies] rendrait plus difficile pour les organismes statistiques de recueillir des données sur l’activité économique, elles-mêmes utilisées par les gouvernements pour orienter l’économie ». Il avertit que les crypto-monnaies constituent un nouveau défi pour le contrôle des fonctions importantes de la politique monétaire et de change des banques centrales.

Un entrepreneur, fondateur de Robocoin, a lancé le premier distributeur automatique de bitcoin aux États-Unis le 20 février 2014. Le kiosque, installé à Austin dans le Texas, est similaire aux guichets automatiques bancaires, mais dispose de scanners pour lire les cartes d’identité afin de confirmer l’identité des utilisateurs.

Une ICO (initial coin offering), en référence aux IPO, est une forme de financement, à mi-chemin entre la levée de fonds et le financement participatif, par la prévente d’une nouvelle crypto-monnaie. La première ICO notable est celle d’Ethereum en 2014. En 2017, ce marché est encore peu régulé, ainsi en septembre la Chine interdit les ICO sur son territoire.

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment