Vraiment génial. Vu d’Israël. La Matzah à motifs « Matzohgram » pour Pessah.

La Kosherfest qui a eu lieu aux Etats-Unis (Nov. 14-15) est le plus grand salon professionnel de l’alimentation casher au monde et la grande majorité de ses participants suivent l’interdiction juive de mélanger la viande et les produits laitiers.

Plus de 4 000 professionnels de l’industrie alimentaire se sont réunis pour l’événement annuel qui a duré deux jours, qui a accueilli plus de 325 fournisseurs présentant une gamme éclectique de produits, des bonbons aux vins. La Matzah à motifs. Matzohgram, qui a été couronné par la Kosherfest « Meilleur produit casher pour la Pâque », est une matzah imprimée avec des motifs à thème juif, tels que des étoiles de David et des vœux pour la fête. Le fabricant, Independent Ink, utilise une encre comestible colorée qui est casher pour la Pâque.

Les clients qui passent de grosses commandes peuvent également personnaliser leur matzah avec n’importe quelle image. « Cela vous donne la capacité d’être créatif pour votre plateau du Seder », a déclaré NK Ranganathan, chef de l’exploitation d’Independent Ink. « Vous pouvez avoir une variété de modèles, et c’est très intéressant pour les enfants. » Les clients pourront acheter Matzohgram en ligne à partir du 20 novembre: 10 $ pour une boîte de mini-matzahs et 16 $ pour la taille normale. (Source : jta.org/Copyright: Alliance)

Une matsa (hébreu : מַצָּה, matsoth au pluriel) est un pain non levé, consommé pendant Pessa’h. Son origine vient de l’Exode des Hébreux. Selon le texte biblique et la tradition orale, quand ils quittèrent l’Égypte, ils n’avaient pas le temps pour laisser le pain se lever ; le résultat donnait la maṣṣa. Pour Pessa’h, les ingrédients sont la farine et de l’eau. Selon la halakha, seules cinq céréales peuvent être utilisées pour élaborer la farine de maṣṣa : blé, orge, avoine, seigle et épeautre. En effet, la fermentation des autres céréales, comme le riz, peut être considérée comme un pourrissement en fonction des communautés (ashkénaze et séfarade).

Lors de l’élaboration de la maṣṣa, la pâte à utiliser peut être susceptible de se lever mais on doit l’en empêcher. Pour cela, il faut que la pâte soit pétrie sans arrêt et il faut l’élaborer en moins de dix-huit minutes (et donc la faire cuire dans ce délai) car c’est le temps maximal pour empêcher la fermentation.

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :