Gaza, horreur économique. 40 % de la population active est au chômage.

Plus de 40 % de la population active est au chômage (56 % des jeunes selon la Banque mondiale). Le taux de pauvreté approche 40 % et deux tiers des habitants sont tributaires d’une aide étrangère. La bande de Gaza se retrouve en 2017 dans une situation économique très difficile. L’économie de Gaza est alimentée pour 1/3 par la défense et l’administration publique. Le PIB/habitant est de 1,038$.

 

 

23% des Gazaouis ne sont pas connectés au réseau d’égouts, ce qui fait qu’une grande partie des eaux usées est déversée dans la mer méditerranée. Depuis juin 2017 et la crise de l’électricité. Depuis que l’Autorité palestinienne a décidé de ne plus payer une partie de la facture d’électricité qu’elle doit payer à Israël pour l’approvisionnement de Gaza, les Palestiniens de Gaza ne reçoivent en effet que 2h à 3h d’électricité tous les 27 à 28 heures, souvent au milieu de la nuit.

A SAVOIR. La bande de Gaza possède 11 km de frontière environ avec l’Égypte (avec le poste-frontière de Rafah), 51 km de frontière avec Israël (avec notamment le poste-frontière d’Erez), 40 km de côtes le long de la Méditerranée. Les accords d’Oslo ont partagé la bande de Gaza en cinq gouvernorats (districts) sur les 16 qui forment les territoires palestiniens. Depuis les années 1990, afin de stopper la vague d’attentats-suicides commis à la suite d’incursions djihadistes depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien, une clôture délimite strictement les frontières de 1967. L’enclave de Gaza du côté israélien et les points de passage sont strictement contrôlés.

Les voies de communication avec l’extérieur sont :

  • le point de passage d’Erez au nord pour accéder à Israël, ouvert six jours par semaine, uniquement pour l’aide internationale et les cas humanitaires.
  • le point de passage de Rafah avec l’Égypte un couloir long de 14 km, dit « couloir de Philadelphie » contrôlé par l’Autorité palestinienne depuis , point sensible où Israël cherchait à endiguer les trafics d’armes qui transitaient par des tunnels construits par les contrebandiers. La sécurité de la frontière est désormais également de la responsabilité des soldats égyptiens.
  • le point de passage de Karni, fermé depuis le 11 juin 2007, est réservé au transport de certaines denrées alimentaires et de certaines marchandises, les matériaux de construction étant interdits.
  • l’aéroport de Gaza qui avait été construit sur financements de l’Union européenne après la signature des accords d’Oslo n’est plus utilisable depuis les premiers mois de la Seconde Intifada où l’armée israélienne a labouré le tarmac au bulldozer et a détruit la tour de contrôle et les radars de l’aéroport. Aucun accord ne prévoit sa reconstruction pour le moment.

Environ 2 million de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza. La densité de population est la troisième plus importante au monde, après Monaco et Singapour, avec plus de 5 200 hab/km2. La bande de Gaza est partagée en cinq gouvernorats : Gaza-Nord, Gaza-Ville, Deir el-Balah, Khan Yunès et Rafah.

Ecrire un commentaire