Comment Israël fait-il pour éviter le pillage des fermes d’élevages de poissons?

Chaque année, alors qu’ils sont en route vers l’Afrique, des centaines de milliers de pélicans (1) font escale en Israël, dans le lac artificiel de Mishmar Hasharon, à proximité de la mer Morte..

Le ministère de l’agriculture Israélien a accepté, comme chaque année, de les nourrir afin qu’ils reviennent l’année prochaine et surtout qu’ils ne pillent pas les zones de pêches et surtout les fermes d’élevages de poissons. Du coup, plusieurs tonnes de poissons leurs sont distribuées plusieurs fois par semaine.  Chaque année, la question de les nourrir est rediscutée par les autorités gouvernementales mais les associations de protection de l’environnement et les acteurs de l’industrie piscicole font pression afin que cette tradition ce perpétue. (http://koide9enisrael.blogspot.co.il)

(1) Les pélicans sont de grands oiseaux (de 105 à 188 cm) aquatiques piscivores caractérisés par un grand bec muni d’une volumineuse poche extensible. Cosmopolites à l’exception des hautes latitudes, les pélicans fréquentent les étendues d’eau libre, à la fois sur les côtes et à l’intérieur des terres, depuis les régions tropicales jusqu’aux zones tempérées chaudes. Le placement traditionnel des pélicans dans l’ordre des Pelecaniformes a été remis en question par la classification de Sibley & Monroe, qui les rangeait dans l’ordre élargi des Ciconiiformes. Le Bec-en-sabot du Nil (Balaeniceps rex) a longtemps été classé dans cette famille, mais des études génétiques ont montré qu’il devait être placé dans une famille séparée, celle des Balaenicipitidae.

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment