La Foire du livre de Francfort. Les israéliens adorent. Les antisémites aussi.

Tel-Aviv (Youval Dreyfus). La Foire du livre de Francfort a ouvert en Allemagne. Il s’agit du plus grand événement mondial de l’édition. Elle se déroule jusqu’au dimanche 15 octobre, et accueille 278 000 visiteurs et 7 150 exposants.

Une cinquantaine d’éditeurs israéliens sont à Francfort. 35 millions de livres sont vendus chaque année en Israël. Le marché du livre en Israël, dont le chiffre d’affaires annuel est estimé à deux milliards de shekels (360 millions d’euros), se caractérise par son dynamisme.

En 2016, la foire avait été inondée par des livres à titres antisémites, a indiqué récemment le rapport annuel du Simon Wiesenthal Center. L’organisation non gouvernementale surveille régulièrement la haine antisémite et l’incitation à la violence sur les stands de la Foire. En termes de pays qui ont présenté des livres avec les tendances les plus antisémites, le directeur du Centre Wiesenthal pour les relations internationales, M. Shimon Samuels a affirmé que « l’Iran suivi de l’Egypte sortaient du lot par le grand nombre de parutions antisémites présents dans leurs stands ».

LE PLUS. La Foire du livre de Francfort est la plus grande foire du monde dans le domaine des livres. Elle se tient tous les ans pendant cinq jours à la mi-octobre à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. La foire du livre se tient à Francfort depuis environ 500 ans, quand Johannes Gutenberg inventa l’imprimerie à la cité de Mayence toute proche de Francfort.

Après la Seconde Guerre mondiale, c’était à l’église Saint-Paul que se retrouvaient environ 200 libraires allemands pour renouveler leurs affaires. C’est tout d’abord pour négocier les droits d’auteurs et pour se retrouver « en bonne famille » chaque année que la foire du livre se tient à Francfort. Les trois premiers jours (du mercredi au vendredi) la foire est accessible exclusivement aux visiteurs du métier, tandis que le samedi et la dimanche elle est accessible à quiconque. Les lecteurs s’intéressent beaucoup à la foire parce que les grands journaux allemands publient des feuilletons spéciaux traitant des nouveautés de la saison dans tous les domaines des éditions, y compris la science. Plus de 12 000 journalistes en provenance d’environ cent pays écrivent sur la foire.

Souvent, le Prix Nobel de littérature est annoncé pendant la foire, rendant d’autant plus important l’évènement, pour le public et pour l’éditeur lui-même.

Chaque année, il y a un invité d’honneur, c’est-à-dire qu’on met l’accent sur une littérature de ce pays ou d’une certaine région. Les années passées, les invités d’honneur étaient  : la Corée (2005), l’Inde (2006), la Catalogne (2007), la Turquie (2008) la Chine (2009), l’Argentine (2010), l’Islande (2011), la Nouvelle-Zélande (2012), le Brésil (2013), la Finlande (2014), l’Indonésie (2015), les Pays-Bas et la Flandre (2017). La France, quant à elle, déjà invitée d’honneur en 1989, l’est à nouveau en 2017.

La Turquie et la Chine ont fait l’objet de critiques du fait des problèmes de libertés politiques et d’expresion dans ces pays. C’est au dernier jour de la foire du livre, un dimanche, que le Prix de la paix des libraires allemands est décerné à l’Église Saint-Paul de Francfort.

Ecrire un commentaire