Accueil glacial d’Israël au Prix Nobel de la Paix attribué à Ican (anti-nucléaire)

« C’est avec une immense joie que l’ICAN accepte ce grand honneur d’être récompensée par ce prix Nobel de la Paix, qui vient souligner notre travail réalisé toutes ces années pour l’adoption à l’Assemblée générale de l’ONU, le 7 juillet 2017, du Traité d’interdiction des armes nucléaires« , a fait savoir cette organisation dans un communiqué, sitôt tombée l’annonce du nom du lauréat. En Israël, l’ICAN qui attribue un arsenal nucléaire important, (80 ogives selon les sources de cette organisation considérée comme anti-Israël) ce Prix Nobel ne dit rien de bon.

Selon sciencesetavenir.fr : « En effet, mi-juillet 2017, a été adopté à l’ONU un texte qualifié de « message historique pour l’Humanité » par la Présidente de la Conférence Elayne Whyte Gómez, du Costa-Rica. Ce texte, adopté à 122 voix contre 1 (celle des Pays Bas) et 1 abstention (Singapour) stipule que désormais, chacun des pays signataires s’engage à ne jamais « en aucune circonstance mettre au point, mettre à l’essai, produire, fabriquer, acquérir de quelque autre manière, posséder ou stocker des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires« . Ce qui remet en cause la stratégie actuelle dite de « dissuasion nucléaire », laissant planer la possibilité d’une riposte à l’aide de cette arme dévastatrice en cas d’attaque.

La France n’était pas présente lors du vote historique

On notera que ni la France, ni aucun des membres de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) à l’exception des Pays-Bas qui ont voté contre le texte, n’étaient présent lors de ce vote historique. Et pour cause, trois des 28 États membres qui la composent (États-Unis, Royaume-Uni et France) disposent d’un arsenal nucléaire… Aucun des autres pays disposant de l’arme nucléaire n’était non plus présent lors de la signature de cet accord. La France avait d’ailleurs accueilli fraîchement la signature de cet accord, jugé « inadapté au contexte sécuritaire international« . Néanmoins, ce nouveau traité qui a été voté est désormais en phase de ratification auprès de chacun des États membres de l’ONU. Il entrera en vigueur lorsque 50 Etats l’auront ratifié. Ce qui devrait être le cas vers la fin de 2018.

Ce prix Nobel de la Paix est un appel aux pays disposant de l’arme nucléaire à commencer les négociations pour éliminer petit à petit les 15.000 ogives nucléaires stockées actuellement dans le monde, a affirmé la fondation.

L’ICAN rassemble plus de 100 États et 460 ONG dans le monde. « En 10 ans, nous avons obtenu que les armes nucléaires soient considérées comme des armes illégales au même titre que les armes chimiques et bactériologiques. À ce titre, je remarque que la France qui critique violemment cette avancée juridique et du droit international humanitaire va à l’encontre de la marche de l’histoire ; mais j’espère que ce prix Nobel va ouvrir les yeux du Président qui se veut lui être en marche » affirme dans un communiqué Jean-Marie Collin membre du comité d’administration d’ICAN France ».

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :