Partager

Tel-Aviv (Yoram Kislev). Drôle de pays. Les soldats israéliens gagnent bien moins que la moitié du salaire minimum en Israël (le salaire minimum en Israël est de 25 shekels/heure soit 4650 shekels pour un temps plein). Les combattants ont un salaire mensuels de 387 euros/mois et les non-combattants gagnent 281 euros/mois.

Le salaire moyen d’un soldat israélien qui ne sert pas dans des unités combattantes (« Jobnik ») s’élève en moyenne à 4500 euros/an. (Un soldat chinois gagne 1600 dollars/ mois). Un soldat de Tsahal dispose donc de moins d’une poignée de shelkels par jour pour s’acheter un paquet de cigarettes.

Quatorze mille soldats sur les 150.000 d’appelés que compte Tsahal  passent chaque année par la case prison. 70 % d’entre eux sont condamnés pour désertion. Tsahal admet que la plupart des cas de désertion s’expliquent par la nécessité impérieuse de travailler pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Il faut savoir que 50 % des soldats d’origine éthiopienne sont incarcérés chaque année dans les prisons militaires.

Dans Telavivre : « La plupart des parents s’indignent contre la somme symbolique que leurs enfants reçoivent lors de leur service militaire. La compensation salariale est tout simplement insuffisante pour couvrir leurs dépenses mensuelles tels que l’habillement ou la nourriture par exemple.

 « Un soldat sert l’Etat et cela lui coûte de l’argent. C’est juste inadmissible », a déclaré un membre de la knesset,  également ancien chef du département des ressources humaines de Tsahal .

Elazar Stern fait partie de ces législateurs  qui sont derrière une proposition  de loi pour accorder un bonus aux soldats dans le dernier tiers du service national , en fonction de la nature du service rendu : un soldat en service dans le pays recevrait 1,500 shekels ; un soldat dans un rôle de soutien au combat recevrait 2,000 shekels , et un soldat au combat recevrait 3.000 shekels . «Les frais de subsistance que les soldats reçoivent aujourd’hui est insultant . Pour le moment nous profitons de leur service « , a t-il déclaré. «  Même si cette proposition coûte plusieurs centaines de millions de shekels par an, c’est un petit prix à payer. Ce sont les soldats de la nation. »

Partager