Top Secret? Impossible de tracer les échanges d’affaires Israël-Maroc.

Tel-Aviv (Eyal Koren). Les relations entre le Maroc et Israël ont toujours été tenues secrètes. Il est presque impossible de connaître précisément l’état des lieux dans le domaine des affaires. Tous les acteurs commerciaux sont très discrets. De temps à autres, le voile est levé.

L’homme qui connait parfaitement la réalité du courant d’échanges israélo-marocain est Dan Catarivas, patron des affaires internationales au MEDEF israélien à Tel-Aviv.

Selon nos sources : Le Maroc est classé parmi les cinq plus importants clients africains d’Israël. A l’échelle de l’Afrique, le Maroc arrive juste après l’Egypte, suivi de la Mauritanie, l’Ethiopie, l’Ouganda et le Ghana. Le Maroc a fait le choix d’avoir Israël comme partenaire économique.

Les produits chimiques et mécaniques, ainsi que les appareils électroniques et engins dédiés au secteur agricole, sont en tête des exportations des entreprises israéliennes vers le Maroc.

Les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël ont atteint plus de quatre millions de dollars par mois, indique le Bureau israélien central des statistiques (BCS). Les échanges commerciaux entre Israël et le Maroc connaissent une nette embellie. Selon le BCS, les exportations marocaines vers Israël sont de 24 millions de dollars en 2015. Les importations de produits d’Israël au Maroc progressent.

Le BCS  indique que « beaucoup d’entreprises marocaines et israéliennes recourent à des canaux commerciaux de plus en plus complexes ». En clair, il est difficile de les retracer. La raison du recours à de tels procédés ? Ils tendraient à camoufler l’ampleur des échanges entre les deux pays, dénoncés par l’opinion publique marocaine ».

Les médias israéliens rapportent régulièrement la signature d’accords commerciaux, des transactions financières ou des programmes de coopération avec des instances gouvernementales ou par le secteur privé. Dans la finance, les banques Leumi et Hapoalim ont ainsi mis en place des passerelles pour les opérations d’import-export entre le Maroc et Israël, via des conventions de correspondant banking avec plusieurs institutions financières marocaines.

L’expérience israélo-marocaine la plus visible est celle de Netafim (firme israélienne rachetée en juillet 2017 par un groupe Mexicain), leader mondial des systèmes d’irrigation et de micro-irrigation a ouvert une filiale au Maroc.

« Soucieuse de renforcer son service avec ses clients et partenaires, Netafim Morocco renforce son équipe technique et commerciale au Maroc. « L’ouverture de la nouvelle filiale s’inscrit dans le cadre de la croissance du marché et notre volonté d’améliorer la qualité de notre service et de notre assistance à nos clients et partenaires au Maroc » déclare Mr Shavit Dahan, Directeur régional pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Netafim est le leader mondial des systèmes d’irrigation de goutte à goutte intelligent et des solutions de micro-irrigation, Netafim aide le monde à grandir plus et mieux avec moins. Cela signifie réaliser des récoltes de qualité et produire de meilleurs rendements, en limitant l’utilisation des ressources naturelles du monde : l’eau, la terre et l’énergie ».


 

Un commentaire

  1. […] Le Maroc fait partie des cinq plus gros clients africains d’Israël, affirme le site web de la chambre de commerce France-Israël « Israelvalley ». […]

Ecrire un commentaire