Son business c’est sa haine de Netanyahou : le journaliste Raviv Drucker.

Tel Aviv (Eyal Koren). Combien de scoops et de « breaking news » à son actif? Des dizaines. Le journaliste Raviv Drucker, qui a construit sa carrière sur sa haine de Netanyahou, est en première ligne sur le dossier des sous-marins vendus par les Allemands en Israël et les dossiers de corruption. Tous les soirs, ce « Zoro-Anti Bibi » délivre ses sentences sur Aroutz 10. Les politiques le craignent. Surtout le Ministre de la Défense Liberman. Les hommes d’affaires, surtout ceux qui travaillent en eaux troubles, le regardent de travers.

Son visage est connu de tous. Une grande vedette du journalisme d’investigation en Israël qui est marié. Un homme qui travaille avec des sources multiples.  Il est détesté par le clan Netanyahou. Raviv Drucker à lui seul vaut le « Canard Enchaîné anti-Bibi ». Dans les écoles de journalisme il est devenu un héros… surtout pour la gauche (E.K)

Dans Israpresse : « Raviv Drucker est à l’origine de la fuite qui a permis la publication d’un document confidentiel émanant de services du conseiller juridique du gouvernement. Ce document concerne l’affaire surnommée « Bibi-Tours » relatif au financement de certains déplacements du Premier ministre Binyamin Netanyahou et de son épouse. La chaîne Aroutz 10 et d’autres médias ont largement relaté l’affaire.

Dans un communiqué, le Likoud indique qu’«il n’y a plus de limites dans les moyens employés pour faire tomber le Premier ministre, même au prix d’infractions pénales ». Le conseiller juridique du gouvernement Yehouda Weinstein a très mal pris cette indélicatesse du journaliste qu’il a qualifiée « de violation de la loi ». Le contrôleur de l’Etat Yossef Shapira demande au conseiller juridique de faire usage de toute son autorité contre le ou les auteurs de cette infraction.

De son côté, le Premier ministre Binyamin Netanyahou note que le document remis par le journaliste aux médias ne concorde pas avec celui qui lui avait été fourni, et qu’il ne contient pas non plus les réponses et explications détaillées données par ses services au conseiller juridique du gouvernement.

M. Netanyahou insiste sur le fait que seul le document final rédigé par M. Weinstein fera foi et conclut en indiquant que les actions du journaliste Raviv Drucker ainsi que celles des responsables de la diffusion de ce brouillon constituent une lourde infraction passible de prison ».

Ecrire un commentaire