Connaître ses droits avant de travailler en Israël

Le travail proposé est-il en accord avec le code du travail ? Existe-t-il des droits spécifiques accordés au salarié d’une entreprise ? Quelle est la durée légale journalière du travail ? Dans quelles conditions peut-on licencier un employé ?

Pour vous guider dans cette aventure, et vous permettre de faire valoir vos droits, Arriver en Israël récapitule pour vous les règles d’or du droit du travail en Israël.

Le droit du travail en Israël est réglementé.

Le lien entre employeur (maavid) et employé (oved) est contractuel, un contrat de travail écrit n’est pas obligatoire. En revanche l’employeur a l’obligation de délivrer une fiche de paie (tlouch maskoret).

Il existe en Israël un salaire minimum (schar minimum) qui est de 5000 shekels par mois ou 26,88 shekels de l’heure (chiffres qui devraient augmenter en décembre 2017), et une durée maximum de travail de 43 heures. Au-delà, l’employeur est redevable d’heures supplémentaires à un tarif horaire supérieur qui peut aller de 50% à 200% selon les cas.
Il est accordé au salarie un repos hebdomadaire de 36 heures d’affilée minimum.

Le travail de nuit (de 22h à 6h du matin) est lui strictement réglementé et limité. Il l’est d’autant plus pour les femmes.

Licenciement

Le licenciement du salarié est possible dans la plupart des cas, mais il doit répondre à certaines conditions de forme comme l’envoi ou la remise d’un courrier convoquant le salarié à une audience dans un délai raisonnable (évaluation au cas par cas). En cas de litige, le juge décide si le délai était raisonnable ou non. Le courrier doit indiquer les raisons du licenciement.

Il existe des causes de licenciement illégales: le statut personnel du salarié, son sexe ou son appartenance à une communauté, à une religion ou une philosophie quelconque.Il existe des périodes au cours desquelles le licenciement est quasiment interdit: congé maternité, maladie, période de service militaire de réserve (melouim) par exemple.

Des indemnités de licenciement (pitouey pitourin) sont versées au salarié qui a effectué un an auprès du même employeur. Elles sont calculées en fonction de son ancienneté dans l’entreprise ou sur un même lieu de travail.

Avant un an, le licenciement doit être abusif pour donner droit à des indemnités. Telles sont les grandes lignes du droit du travail salarié à l’israélienne.

Source : Arriver en Israël

Ecrire un commentaire