Corruption. ThyssenKrupp, Israël et Netanyahou.

Tel Aviv (Michel Berger). Avant son déplacement en France pour le 16 Juillet 2017, Benyamin Netanyahou a de quoi s’occuper. L’affaire « ThyssenKrupp » est importante et prend de l’ampleur depuis quelques heures. Les médias israéliens restent très prudents sur ce dossier explosif. Des accusations infondées peuvent se terminer devant les tribunaux.

ThyssenKrupp AG est un groupe de sidérurgie allemand officiellement créé en 1999 de la fusion de Friedrich Krupp AG Hoesch-Krupp et de Thyssen AG. Ayant des filiales sur plusieurs continents, ses sièges sociaux se situent à Essen et Duisbourg. Selon i24News : »L’ancien ministre israélien de la Défense Moshe Ya’alon, a sévèrement critiqué le Premier ministre Benyamin Netanyahou dans l’affaire des sous-marins allemands surnommée « cas 3.000 » lors d’une interview donnée mardi à CNN.

« Trop de dossiers font l’objet d’enquêtes en cours. Je crois qu’à la fin nous assisterons à une mise en examen », a-t-il déclaré en faisant référence aux enquêtes liées à M. Netanyahou.

Le témoignage de Ya’alon intervient au lendemain de l’arrestation de six individus soupçonnés de corruption, de fraude, d’infraction fiscale et de blanchiment d’argent, dans le cadre de cette affaire ayant permis à l’Allemagne de vendre trois sous-marins à Israël. Pour ce ministre démissionnaire, qui a claqué la porte du gouvernement l’année dernière en partie à cause des affaires de corruption, Netanyahou a influencé la vente à Israël de sous-marins du conglomérat allemand ThyssenKrupp, faisant fi des procédures requises dans le cadre de tels contrats.

 En exercice à l’époque, Ya’alon a affirmé à plusieurs reprise qu’il s’était « férocement opposé » à cette signature, pointant du doigt les relations étroites et « troublantes » entre le Premier ministre et son avocat personnel Me David Shimron, également représentant du groupe ThyssenKrupp, et dont le nom a été autorisé mercredi à paraître dans le dossier.

« L’idée d’acquérir des sous-marins et des navires de guerre dont on n’a pas besoin ne vient pas de moi, tout comme d’autres choses que j’ai pu découvrir après mon départ du ministère de la Défense et que je n’avais pas demandé », a-t-il déclaré ».

Il s’agit d’accusations « sans fondements », a répliqué un responsable du bureau du Premier ministre dans un communiqué. « Malheureusement, il a transformé les divergences politiques en une campagne de diffamation contre le Premier ministre », a-t-il dénoncé, soulignant les tentatives « d’entacher les décisions » de M. Netanyahou concernant des achats du département de la Défense. « Mais le bureau du procureur général a clairement déclaré que le Premier ministre n’était pas soupçonné dans cette affaire. Le Premier ministre est guidé par une seule considération: assurer la sécurité d’Israël », a-t-il assuré. Le procureur général Avichai Mandelblit a en effet déclaré publiquement que le Benyamin Netanyahou était entendu comme simple témoin ».

Libération (Copyrights). « Les prochaines semaines vont être judiciairement compliquées pour Benyamin Nétanyahou et pour certains de ses proches. Les enquêtes pour faits de corruption, dans lesquels leurs noms sont cités, progressent à grand pas. Les enquêteurs de l’Unité 433 (équivalent israélien du FBI) ont, semble-t-il, décidé de mettre les bouchées doubles.

Depuis lundi, sept personnes soupçonnées de corruption, de fraude et de blanchiment ont été interpellées, dont trois placées en détention ou aux arrêts domiciliaires. Elles sont suspectées d’avoir manœuvré pour que le groupe allemand ThyssenKrupp se voit attribuer la commande d’au moins un sous-marin de type Dolphin, susceptible de transporter des têtes nucléaires, et de quatre corvettes Sa’ar destinées à protéger les gisements gaziers israéliens en Méditerranée ».

 

Un commentaire

  1. Michel Ouaknine 13 juillet 2017 at 15 h 35 min - Reply

    Et votre source , c’est Nissim Behar alias Serge Dumont, de son vrai nom Maurice Sarfatti, un extrémiste anti-israelien.
    Vous etes serieux ??????

Ecrire un commentaire