Violence familiale en Israël : 17 morts depuis le début de l’année.

IsraelValley spécial. Tous les jours leurs noms s’affichent dans la presse israélienne. Des femmes se font tuer par leur conjoint. Les chiffres impressionnent : déja 17 morts depuis le début de l’année. Une importante manifestation a eu lieu hier soir devant le Habimah.

La violence conjugale est la violence exercée par un des conjoints sur l’autre, au sein d’un couple. Elle s’exprime par des agressions verbales, psychologiques, physiques, sexuelles, des menaces ou des contraintes, qui peuvent aller jusqu’à la mort.

Il peut s’agir d’un phénomène circonstanciel (violence situationnelle), mais aussi parfois d’un processus systémique et évolutif (terrorisme conjugal).

La violence conjugale est une forme de violence domestique ou violence familiale (violence qui touche également les autres personnes du foyer, en particulier les enfants du couple). Ayant souvent lieu dans l’espace privé, elle n’est pas toujours repérée. De ce fait, certains chercheurs estiment que le « huis-clos conjugal » est un « haut-lieu de violences ».

Il s’agit d’un des facteurs majeurs de risque pour la santé des femmes âgées de 19 à 44 ans dans le monde. Les hommes en sont aussi victimes.

En France, le viol entre époux est condamnable depuis 1992.

Certains États ne considèrent pas que le viol puisse exister entre époux. Alors que certaines civilisations ou religions considèrent que la femme doit être soumise sexuellement à son époux, la législation ou la jurisprudence de certains pays admettent l’accusation de viol d’une femme par son mari, parfois de l’inverse. Une étude du secrétaire général de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes dit (page 118) : « Le viol conjugal peut faire l’objet de poursuites dans au moins 104 États. Trente-deux d’entre eux ont fait du viol [conjugal] une infraction pénale spécifique tandis que les 74 autres n’exonèrent pas le viol conjugal des dispositions générales concernant le viol. Le viol conjugal n’est pas une infraction passible de poursuites judiciaires dans au moins 53 États. Quatre États ont érigé le viol conjugal en infraction seulement lorsque les conjoints sont séparés de corps. Quatre États envisagent d’adopter une législation qui permettrait de rendre le viol conjugal passible de poursuites judiciaires ». Depuis 2006, plusieurs autres pays ont interdit le viol conjugal (par exemple Thaïlande en 2007).

Ecrire un commentaire