Le fonds Blueconomy Israël-Chine lève $150 millions en Chine

Partager

Le fonds fournit aux entreprises israéliennes un accès direct aux investissements du gouvernement chinois.

Le fonds d’investissement chinois Blueconomy Centre a levé 150 millions de dollars du gouvernement chinois et des fonds publics pour investir dans les technologies marines et environnementales en Israël. Géré par le PDG Shalom Daskal, Yuval Rabin (fils du Premier ministre Yitzhak Rabin) et Jacob Kaplan, le fonds fournit aux entreprises israéliennes un accès direct aux investissements du gouvernement chinois. Elle a achevé son cycle de financement en six mois et envisage déjà des investissements immédiats dans quatre entreprises israéliennes.

Le fonds Blueconomy a déclaré qu’il se concentrerait sur les entreprises israéliennes basées sur le savoir et la propriété intellectuelle. À ses débuts, le fonds investira dans des technologies telles que le vent, les vagues et l’énergie solaire, les aliments marins, les algues vertes et bleues à base de matériaux, les médicaments, les cosmétiques; les îles artificielles, la gestion des eaux usées, la purification de l’eau et la désalinisation (dans laquelle Israël se spécialise), et même des matériaux de construction.

Selon le fonds, il est déjà en négociations avancées pour les investissements dans quatre entreprises israéliennes, après avoir examiné plus de 40 sociétés au cours des six derniers mois.

Le cycle de financement de Blueconomy a été achevé il y a six mois, après des réunions avec huit délégations du gouvernement chinois en visite en Israël. Les partenaires ont fait des présentations et ont tenu des réunions avec des représentants du gouvernement chinois et des fonds publics, qui ont intégré les technologies marines dans leur stratégie d’investissement.

Shalom Daskal, qui a fondé Blueconomy, a déclaré que la participation gouvernementale dans les investissements technologiques aiderait les entreprises israéliennes à accélérer leur entrée sur le marché chinois, et ajouterait également une protection pour les droits de propriété intellectuelle des technologies israéliennes. “Les technologies marines sont relativement nouvelles dans le monde en tant que secteur d’investissement”, a déclaré Daskal au “Globes” en expliquant les antécédents de l’établissement du fonds.

L’an dernier, nous avons remarqué que beaucoup d’entreprises à la recherche d’investissements s’intéressaient à ce secteur en Israël parce que ce secteur n’est pas dans la gamme des investissements par des fonds exitants en Israël. Cependant, un vide d’opportunités d’investissement a été créé.

J’ai pris une fois une compagnie israélienne, China Wafer Level CSP, et l’ai fait s’associer au gouvernement chinois. Elle est maintenant négociée à la Bourse de Shanghai avec un capital de marché de 1 milliard de dollars. Ainsi, j’ai contacté mes connaissances que j’avais en Chine, et j’ai convaincu des entreprises à investir dans les technologies marines. A ma grande surprise, le gouvernement chinois a conçu un plan stratégique d’investissement de cinq ans et l’un des projets était le secteur maritime. J’ai donc impliqué le merveilleux esprit d’entreprise israélien dans ce secteur avec le marché chinois et son apétit pour de telles technologies.

«Globes»: Comment fonds s’arrange avec les nouvelles restrictions sur les investissements chinois annoncé la semaine dernière?

Daskal: «Ces restrictions sont applicables à de nombreux secteurs, autres que ceux que la Chine a classé comme stratégique pour le gouvernement chinois, et le secteur maritime a en effet été classé comme tel. La Chine a construit un modèle à cet effet avec un fonds israélo-chinois et une gestion conjointe et nous sommes en fait les premier à en jouir, 20% du montant est investi directement par le gouvernement chinois et 80% par des institutions chinoises adoptant la politique gouvernementale comme leur propre politique d’investissement. »

Combien allez-vous investir dans chacune des quatre entreprises israéliennes que vous avez déjà localisées?

«Nous prévoyons d’investir en moyenne 5 millions de dollars dans les candidats à l’investissement. Cela peut se faire dans un ou plusieurs cycles de financement, selon l’entreprise. »

Par Tali Tsipori – Aharon Kahn

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment